Search:
A+  A-   Nous joindre

Historique de l'école

Que de péripéties renferme l'histoire de l'éducation à L'Orignal! Permettons-nous un retour dans le passé afin de mieux saisir la réalité actuelle de notre école.

Les élèves de langue anglaise se prévalent de l'enseignement dès 1814 dans la première école de notre région, sous l'égide des Grammar School of Upper Canada. Construite en pierre, cette école ne compte qu'une classe. De 1823 à 1873, l'éducation secondaire fournie dans un édifice pouvant contenir de 50 à 60 élèves dans Cassburn est bien loin des édifices publics comme l'exige la loi.

C'est surtout de la grande école de briques rouges, construite sur la rue Peter, que beaucoup d'anciennes et d'anciens se souviennent. Construite en 1850, le District High School,  nommé plus tard École publique #1, abrite 6 salles de classe : quatre pour les francophones et 2 pour les anglophones. En septembre 1913, à la demande de M. le curé Joseph Pilon, les Soeurs Grises de la Croix, connues maintenant sous le nom de Soeurs de la Charité d'Ottawa, prennent la direction des classes francophones. Deux cent élèves de la première année à la 10e année s'y inscrivent.

Les améliorations se poursuivent et les inscriptions augmentent. Une cinquième classe française s'ajoute en 1916 et une sixième en 1930. En 1948, les élèves des 9e et 10e années quittent l'école élémentaire du village pour se diriger vers l'école secondaire de Hawkesbury. Les notables du village commencent alors à penser sérieusement à la construction d'une nouvelle école plus confortable et plus adéquate pour remplacer la construction centenaire.

C'est à ce moment que l'histoire de l'École Saint-Jean-Baptiste débute. La vieille école, École publique #1, était une école publique française où l'on enseignait la religion. Elle était sous la surveillance d'un inspecteur anglophone jusqu'au début décembre 1928: la seule de son genre en Ontario. En 1950, les membres de la commission scolaire recommande de changer le statut de l'école, de publique à séparée. Le ministère de l'Instruction publique de l'Ontario reconnaît officiellement l'École séparée catholique française de L'Orignal le 20 octobre 1950. La construction du nouvel édifice scolaire peut maintenant aller de l'avant. On confie à la firme J.S. Lefort et Associés, architectes, la tâche de tracer les plans et les devis; à la firme J.A.  Simard, d'Ottawa, la vente des obligations et aux entrepreneurs Bertrand et Frère de L'Orignal, le contrat de la construction de l'école au coût de 155 386,00$. La nouvelle école est érigée au coin des rues John et Longueuil sur un terrain ayant appartenu au juge Colin C. O'Brian. Les travaux vont bon train et les élèves de la vieille école, y compris ceux de la 8e année qui logeaient, faute d'espace, dans les locaux de la salle des Chevaliers de Colomb, peuvent emménager dans leur école neuve après le congé de Pâques 1952.

Adieu,à la belle côte pour glisser durant les récréations d'hiver! Adieu, aux gros pins sous lesquels de nombreux étudiants se sont échangés des secrets! Adieu enfin, aux coins noirs et épeurants...!

Au fil des ans, l'école s'agrandit pour répondre aux besoins d'une population grandissante due à la fermeture des écoles des campagnes environnantes. Dès son ouverture en 1952, les élèves du rang de la Baie et de la route 17 sont transportés à la nouvelle école de 8 classes, alors que l'année suivante les jeunes du rang de Ste-Anne se joignent au groupe.

En 1959, les locaux s'avèrent déjà trop peu nombreux et une première annexe de 4 classes est construite. On y retrouve aujourd'hui les classes de maternelle, jardin et 1re années.  Mais ce ne sera pas suffisant. En 1965, une deuxième annexe de 4 classes abrite les élèves de l'intermédiaire et en 1974, on ajoute le gymnase (surnommé l'annexe Beauchemin) permettant ainsi à la "grande salle" de devenir une bibliothèque des plus modernes , royaume de Soeur Jeanne-Claire (Jeanne Quenneville) durant de nombreuses années. En 1992 et en 1994, deux classes portatives sont rattachées à l'école. Et voilà l'école telle que nous la connaissons en son année cinquantenaire.

La cour de l'école profite aussi de certaines améliorations. Le 23 juin 1986, dans le cadre des fêtes du 150e, le parc-école Gérard Lalonde est officiellement ouvert. Un monument érigé à l'entrée de la cour témoigne du partenariat entre les entreprises et les clubs locaux, les deux municipalités, le conseil scolaire et le personnel enseignant. Vers 1995, la cour s'agrandit encore . Un vaste champ à l'arrière de l'école offre les avantages d'un terrain de soccer et d'une piste de course. Ensuite c'est la patinoire qui est déménagée dans la cour. "Aujourd'hui pour demain" devient le leitmotiv de toutes celles et de tous ceux qui contribuent manuellement et financièrement à ces projets qui permettent aux jeunes et moins jeunes de la communauté de profiter d' installations récréatives.

Nombreux sont les enseignantes et d'enseignants qui tentèrent de propager l'instruction, les valeurs et les bonnes manières. Nombreux sont les élèves qui parcoururent ses corridors? Ce long corridor où résonne encore les pas des marches, silencieuses ou enthousiastes vers le gymnase, des tout-petits circulant les mains dans le dos ou un doigt sur la bouche pour mieux garder le silence ou éviter de jouer des tours ...!

L'école témoigne de notre jeunesse. Elle est au coeur de notre village.

Louise Bédard (St-André)

2018 © Tous droits réservés École élémentaire catholique Saint-Jean-Baptiste.
Politique de confidentialité |  Dernière mise à jour : 19 novembre 2018